QU’EST-CE QUE L’ACCUMULATION COMPULSIVE OU LA SYLLOGOMANIE ?

Une personne ayant comme obsession l’entassement d’objets de toute nature, même totalement inutiles, associée à un besoin permanent de les conserver sans les trier ou les classer souffre de ce que l’on peut appeler communément « accumulation compulsive ou syllogomanie ».

Dans l’environnement de l’accumulateur les objets conservés n’ont plus aucune valeur marchande ou sentimentale et tout ou presque envahit l’espace : des vêtements propres ou sales, des papiers, des magazines, des livres, des emballages, des sacs de courses, des objets neufs encore emballés, des meubles cassés, des bouteilles vides ou pleines, des valises, des produits cosmétiques, des poupées, des bibelots..
L’attachement démesuré aux objets et l’idée même de les jeter est un vrai déchirement pour l’accumulateur compulsif.

La syllogomanie pourrait se traduire par un goût immodéré pour l’accumulation mais ce comportement déviant peut prendre parfois des dimensions dramatiques qui mettent en danger l’individu dans son espace vital.

La syllogomanie est aussi souvent liée au syndrome de Diogène à travers lequel l’isolement social, une absence d’hygiène et un déni de la réalité viennent aggraver une situation déjà inquiétante.

Les personnes qui souffrent de syllogomanie ont souvent un sentiment de honte et sont en proie à une grande détresse voire à la dépression dans les cas les plus graves. Leur qualité de vie est sérieusement altérée car leur espace vital est pollué, envahit de façon disproportionné et considérablement réduit en taille.  La santé des syllogomanes est vacillante et aggravée par le manque d’hygiène corporelle, une mauvaise alimentation et une absence totale d’entretien de leur domicile. Les risques d’incendie ne sont pas négligeables non plus sans compter la détérioration du bien occupé (sol, murs et matériaux sont souvent endommagés).

Cette affection peut ne pas être liée à un trouble en particulier ou, à contrario,  être pathologique et associée à une maladie psychiatrique (troubles obsessionnels compulsifs, schizophrénie, démence..). La génétique et la part héréditaire d’un tel comportement jouerait aussi un rôle non négligeable.

L’ACCUMULATION COMPULSIVE OU L’EXPRESSION D’UNE GRANDE ANXIÉTÉ

A la suite d’un deuil, après la perte d’un proche ou suite à une séparation mal vécue, l’accumulateur compulsif tente de remplir les vides autour de lui en ressassant sans cesse les mêmes pensées et en remplissant son espace d’une multitude d’objets qui sont censés être plus rassurants. L’entasseur pathologique a du mal à lâcher prise et aurait besoin d’une prise en charge psychothérapeutique efficace afin de l’aider à maitriser ses angoisses et à calmer son anxiété permanente.

Il existe aussi une autre forme d’accumulation compulsive dite accumulation animale (appelée aussi syndrome de Noé) ou « animal hoading » en anglais. C’est un phénomène particulier qui touche l’accumulation excessive d’animaux dans un espace vital la plupart du temps très restreint (il s’agit souvent de chiens ou de chats). Les animaux y sont souvent dénutris, malades ou blessés et vivent dans des conditions sanitaires catastrophiques. Dans ce cas précis la souffrance animale est le fruit d’une forme de maltraitance entretenue par l’accumulateur.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales En savoir plus et paramétrer les cookiesOk, tout accepter