DÉCOUVRIR UN LOGEMENT DIT « DIOGÈNE »

L’un de vos proches s’est refermé sur lui-même et ne veut plus du tout qu’on se rende à son domicile. Cette situation perdure depuis quelques mois voire depuis plusieurs années.

Vous avez entendu dire que l’état du logement de l’un de vos proches est insalubre, que des odeurs nauséabondes s’en dégagent, qu’il pourrait y avoir des risques sanitaires importants : cela vous pose problème et vous inquiète fortement.

Ou peut-être avez-vous pu vous rendre sur les lieux par hasard, ou de votre propre initiative ou bien en « profitant » de l’absence de votre proche (hospitalisé ou décédé) ?

Vous avez été bouleversé(e) par ce que vous avez découvert :  un logement dévasté par l’accumulation d’objets en tout genre, de déchets, de vêtements éparpillés, de bouteilles vides, de linge souillé, de linge neuf encore emballé, d’aliments en décomposition, de toilettes bouchées …

Au cours de cette visite au domicile, il est très difficile pour vous de comprendre véritablement ce qui a pu se passer pour en arriver à de telles extrémités.

Peut-être que la personne que vous connaissez est atteinte de ce que l’on appelle communément « Syndrome de Diogène ».

UNE SITUATION DE SOUFFRANCE

La personne vivant dans un environnement souillé, dégradé ou encombré peut souffrir d’un mal être profond, d’une grande solitude, d’une dépression récurrente ou dans certains cas de troubles psychiatriques.

La personne qui vous est familière a peut-être une vie sociale à l’extérieur de son domicile et aussi une vie professionnelle, mais pour diverses raisons personnelles, elle est dans une grande détresse et est incapable de vivre dans un environnement propre, sain et ordonné. 

Plusieurs évènements douloureux : deuil d’un proche, rupture affective, maladie chronique ou absence de vie professionnelle peuvent amener cette personne à s’isoler et à tomber progressivement dans un état dépressif parfois aggravé par l’alcool.  Il y a alors une altération de la personnalité et du comportement de l’individu qui l’amène progressivement à délaisser son environnement et à vivre dans un état dit «Diogène».

Les personnes atteintes du « syndrome de Diogène » peuvent être des sujets âgés ou plus jeunes, ayant ou non un travail.  Elles ont tendance à se couper du monde extérieur ou à ne rentrer chez elles le soir que pour dormir.

Certaines personnes dites « Diogènes » ne veulent pas d’aide ou d’écoute extérieure (services sociaux, famille, amis..), se refermant sans cesse sur elles-mêmes alors que d’autres touchées de plein fouée par ce phénomène vivent comme un soulagement l’opportunité d’une aide extérieure qui leur permettra de s’en sortir définitivement.

N’hésitez-pas à nous contacter pour toute information ou devis personnalisé

MIEUX COMPRENDRE LE SYNDROME DE DIOGÈNE

Le syndrome de Diogène n’est pas une pathologie à proprement parlé mais plutôt un trouble du comportement qui se caractérise par une négligence extrême de sa propre hygiène corporelle, une négligence de son habitat et une accumulation excessive d’objets hétéroclites et de déchets divers qui conduisent l’individu à vivre dans des conditions insalubres et dangereuses pour sa propre santé.

Les cas « Diogènes » sont repérés le plus souvent de façon fortuite lors d’une hospitalisation pour une pathologie médicale, soit par la famille qui révèle aux services sociaux les conditions de vie de leur proche, soit par le voisinage qui alerte ou porte plainte pour nuisance (puanteur, vermines, rats, souris, insectes nuisibles..).

Des troubles psychiatriques plus ou moins graves peuvent parfois être associés au « Syndrome de Diogène » : schizophrénie, démence, névrose obsessionnelle compulsive, troubles cognitifs…

Dans certains cas le Syndrome de Diogène est régulièrement associé à l’incurie (insalubrité morbide majeure) ou à la l’accumulation compulsive appelée aussi syllogomanie.

BREF HISTORIQUE DU TROUBLE COMPORTEMENTAL APPELÉ
« SYNDROME DE DIOGÈNE »

C’est en 1975 pour que le terme « Syndrome de Diogène »  a été utilisé pour la première fois par deux gériatres anglais, Clark et Mankikar qui décrivent précisément ce trouble du comportement connu mais pas étudié jusqu’alors. Ils s’étaient intéressés au sujet âgé (+65 ans) qui avaient été admis à l’hôpital et présentant à leur domicile un état d’incurie avéré.

L’expression « syndrome de Diogène », fait référence au philosophe grec DIOGENE né à Sinope au IVème siècle avant J.C. disciple de Socrate et fondateur de l’école des cyniques.
Le philosophe Diogène a sur certains points des caractéristiques éloignées par rapport aux personnes concernées par le Syndrome de Diogène car il vivait dans un tonneau sans ressources et avec peu de biens matériels. Cependant,  ils avaient comme points communs la négligence corporelle (cheveux longs et crasseux) et une forme de mépris des conventions sociales. Les personnes atteintes par le Syndrome de Diogène vivent plutôt recluses, dans une insalubrité corporelle et domestique importantes ainsi que dans l’accumulation excessive d’objets en tout genre dont elles ont du mal à se détacher.

Le gériatre britannique Clarck a souligné que des symptômes, à priori contradictoires,  peuvent correspondent à la même réalité pathologique : en effet un logement vide et une absence totale d’objets peut avoir la même signification qu’un entassement excessif d’objets. Aussi une trop grande hygiène corporelle peut avoir la même signification qu’une forte négligence corporelle et une absence totale d’hygiène personnelle ou domestique.

Cependant la dénomination « Syndrome de Diogène » a finit par s’imposer dans la littérature scientifique et médicale.

LES CARACTÉRISTIQUES DU « SYNDROME DE DIOGÈNE »

Les premières études sur le Syndrome de Diogène mettent l’accent sur les sujets âgées qui se coupent du monde extérieur et refusent toutes visites chez elles mais les études récentes montrent que les personnes plus jeunes sont aussi touchées par ce syndrome malgré le fait qu’elles ont une vie sociale extérieure à leur domicile et même souvent un travail qui les amènent à sortir très régulièrement de chez elles.

Cependant, toutes les personnes atteintes par le Syndrome de Diogène ne souffrent pas toutes de maladies psychiatriques ou neurologiques ou n’ont aucune pathologie grave. Elles ont parfois décrites par leur entourage comme « des personnalités cultivées, brillantes et attachantes ».

Parfois les personnes concernées par le Syndrome de Diogène appellent à l’aide (famille, amis, organismes sociaux..) et ont une vraie prise de conscience de l’état dramatique de leur logement et décident de sortir définitivement de cette situation qui handicape leur avenir. Une prise en charge psychologique extérieure et une aide sous la forme de coaching sur le terrain peuvent aussi accompagner la personne concernée. Malgré leur honte, le désir de s’en sortir est présent chez certaines personnes et la famille est d’une aide souvent capitale.

A partir des différents travaux de recherche effectués sur le phénomène Diogène il est possible de définir les caractéristiques cliniques du syndrome de Diogène :
– un comportement de négligence de sa propre hygiène corporelle
– une négligence de son espace vital, de son lieu de vie
– une syllogomanie qui correspond à un collectionnisme morbide d’objets très divers (boites, journaux, livres, aliments avariés, détritus, vêtements neufs ou souillés, excréments..),
– un déni de la réalité même si celle-ci paraît évidente pour des observateurs extérieurs
– une absence de honte relative à sa propre condition de vie
– un isolement social (familial, professionnel, amical..)
– une personnalité pré-morbide : suspicieuse, méfiante, rusée, distante, une tendance à déformer la réalité,
– un refus de toute aide extérieure vécue comme intrusive même provenant de proches
–  l’absence d’altérations cognitives chez certains sujets (capacités psychiques qui font appel à l’esprit de chaque être humain pour la mémoire, le langage, le raisonnement ..)

Le diagnostic de problématique de type « Diogène » est confirmé le plus souvent après une visite à domicile.

Enfin, ces situations ne semblent pas être en relation avec des problèmes financiers, les revenus de ces sujets étant régulièrement corrects, voire aisés.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales En savoir plus et paramétrer les cookiesOk, tout accepter